Change language
Retrait des troupes Zambiennes de la RDC: Ruberwa salue le chef-d’œuvre diplomatique du chef de l’État – CONGO COURRIEL
Spread the love

En marge de la célébration de la Journée Africaine de la Décentralisation et du Développement Local ce lundi 10 Août 2020, dont l’un des sous-thèmes prône la nécessité de  » faire taire les armes », le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles, Azarias Ruberwa Manywa a salué les efforts du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo pour le chef-d’œuvre diplomatique ayant consisté en l’obtention en un temps record, du retrait des troupes Zambiennes, sans bataille ni coup de feu.

Cette Journée Africaine de la Décentralisation et du Développement Local est célébrée en la deuxième moitié de l’année 2020 dans un contexte hautement tendu d’une manière générale, en ce que l’Afrique présente un tableau peu reluisant avec des conflits dans ses majeures parties et plus particulièrement au Congo où, des conflits dans plusieurs provinces, notamment, ceux nouveaux, d’autres récurrents, ouverts voire latents, tels des volcans prêts à exploser.

C’est partant de ce constat, que le ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles a plaidé pour la fin des conflits en privilégiant les provinces et Entités sans conflits, « des mentions spéciales doivent être relevées et des récompenses attribuées aux zones vertes ».

Il poursuit,  » Les zones vertes ne le sont pas forcément parce que le potentiel des conflits n’existe pas, mais c’est souvent parce que les peuple de ces coins et notamment les leaders et principalement les animateurs des entités de base savent prévenir les conflits et également maintenir la paix ».

En conséquence,  » il faut changer de paradigme et commencer à soutenir à fond les Provinces et Entités sur base de critère de la prévention des conflits et de maintien de la paix ». Cela, parce que le Gouvernement Congolais dépense souvent beaucoup de fonds pour les régions en conflit.

Pour Me Azarias Ruberwa Manywa,  » la performance à ce niveau là pour accéder à certains fonds de l’Etat devrait être un nouveau critère de compétitivité pour faire taire les armes, la haine ethnique, le tribalisme, et donc pour combattre la pauvreté ».

Aussi, il a martelé sur l’intégration de la nouvelle dimension de la décentralisation de gestion des conflits par ce qui suit, « croire en la capacité des leaders locaux à s’assumer, à dialoguer et à trouver des solutions aux conflits qui se posent ».

En outre, le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles a mis l’accent sur l’importance de la rationalisation des dépenses de façon volontariste en vue de les orienter vers la recherche de la paix par la prévention des conflits et le maintien de la paix car, a-t-il conclu,  » la paix a un coût, parfois très cher, mais bien moins cher que la guerre et les orages des conflits ».

Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *