Change language
RDC-Santé: Doperaus prêt à accompagner les acteurs multisectoriels afin de mieux intégrer l'approche "une santé". - CONGO COURRIEL
Spread the love



Réunis à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Santé, le projet Doperaus en collaboration avec le centre interdisciplinaire de gestion de risque sanitaire (CIGERS en sigle) ont organisé une matinée scientifique au centre vétérinaire de Kinshasa en vue de pousser les acteurs des secteurs animal, humain, végétal et environnemental à réfléchir sur l’approche « une santé« .


D’après le Professeur Justin MASUMU, coordonnateur du projet Doperaus, « la célébration de la Journée mondiale de la Santé, rappelle que la maladie ne respecte pas les frontières. La rage commence par les animaux sauvages,puis elle passe par les animaux domestiques pour finir chez l’homme. Et si on veut combattre la rage, il faut que trois ministères se mettent ensemble, » a expliqué le professeur Justin MASUMU.


Par ailleurs, le coordonnateur de Doperaus a plaidé pour une intervention qui va au delà de la dimension de la santé publique. « Cette journée nous dit d’arrêter de travailler chacun dans son coin parce que la maladie n’a pas de coin, elle traverse de gauche à droite, nous devrions être ensemble, utiliser les ressources ensemble et les partager. Il faut qu’on comprenne que la santé est universelle et l’appui sanitaire doit également l’être ».

Justin MASUMU a également mis l’accent sur le budget à allouer et les résultats escomptés d’une bonne couverture sanitaire. « le budget de la santé doit aussi être réfléchi et doit prendre en compte la santé végétale, animale et environnementale. Le but derrière ce mécanisme, consiste à contrôler la maladie avant que ça arrive chez l’homme et quand on va le faire, les gens vont tomber des moins en moins malades et la couverture sanitaire universelle que nous prônons va s’appliquer parce que les gens tomberont de moins en moins malades, ce qui impliquera moins de frais. cette journée nous interpelle, j’espère que nous allons capitaliser cela pour améliorer les stratégies de contrôle contre la maladie ». A-t-il indiqué.


A la question de savoir ce que le projet Doperaus apporte dans la vulgarisation de l’approche « une santé, » Justin MASUMU repond: « Doperaus vient avec un modèle que nous voulons tester sur le terrain parce que si nous disons que les gens doivent travailler ensemble, ils doivent savoir pourquoi ils doivent travailler ensemble. Cela implique l’identification de tous les acteurs et par rapport au problème prioritaire, il convient de voir quels sont les facteurs qui sont à la base par exemple de l’introduction de ces maladies dans ces différents milieux , leurs propagations et les acteurs qui doivent intevenir au niveau de ces différents facteurs ».

Et de renchérir, « voilà ce que nous devons faire et c’est ça notre approche donc dans tous les milieux si nous arrivons au niveau des zones de santé, on doit identifier les acteurs,avec eux, on réfléchit sur le problème qu’ils ont, on voit tous les facteurs, on voit les conséquences et on réfléchit ensemble sur les mesures à mettre en place et comment les gens vont travailler ensemble pour mutualiser les efforts. Mais à côté de ça, on réfléchit aussi sur la coordination parce qu’on veut travailler ensemble, il y a le leadership et on doit régler ce problème de leadership et les laisser travailler ». A expliqué Justin MASUMU.


Nahomie KAPINGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *