Change language
RDC-RWANDA: Au Conseil de Sécurité de l’ONU, Robert A. Wood a ouvertement condamné le Rwanda. - CONGO COURRIEL
Spread the love

S’exprimant devant le conseil de sécurité de l’ONU, mercredi dernier, l’ambassadeur Robert Wood, représentant adjoint pour les affaires politiques spéciales, n’a pas mis ses gants de diplomate en fustigeant le Rwanda en rapport avec l’insécurité qui prévaut dans la partie Est de la RDC.


« Cette violence est inacceptable, et les États-Unis appellent les groupes armés à cesser leurs attaques contre les populations les plus vulnérables de la RDC. Nous appelons également les acteurs étatiques à cesser leur soutien à ces groupes, notamment l’aide apportée par les Forces de défense rwandaises au M23. », a-t-il affirmé.


Généralement on ne s’attend pas à ce genre de ton venant d’un diplomate d’une administration des démocrates américains réputés pro-rwandais.
Les efforts diplomatiques de Félix Tshisekedi, jugés infructueux par ses détracteurs, commencent-ils à porter du fruit qui demeure ?

Les masques commencent réellement à tomber et la rhétorique fallacieuse de Paul Kagame, selon laquelle cette insécurité est due à l’incapacité du Gouvernement Congolais à maintenir l’ordre, peine de plus en plus à convaincre.
En effet, le Président Rwandais a eu un entretien téléphonique ce dimanche avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, au sujet de l’escalade du conflit dans la partie Est de la RDC, et celui-ci était assez réprobateur. Il faut aussi ajouter à cela, l’expulsion de l’ambassadeur rwandais en RDC, Vincent Karega.


Ces évènements expliquent assez bien l’évolution significative de Paul Kagame dans sa rhétorique arrogante. Tout en persistant à nier toute implication du Rwanda dans le conflit, il a déclaré dans un tweet avoir eu une « bonne discussion » avec Guterres sur le conflit dans la partie Est de la RDC.

« Les moyens de désamorcer le conflit et de résoudre les problèmes de manière pacifique dans l’est de la RDC sont à notre disposition, sur la base des efforts de Nairobi, de Luanda et d’autres efforts internationaux », a déclaré le dirigeant rwandais. « Nous devons simplement nous engager à les appliquer », a-t-il ajouté.


Félix Tshisekedi semble marquer des points sur ce front diplomatique qui semblait perdu d’avance, vu le mutisme de la Communauté Internationale sur l’implication du Rwanda dans ce conflit.
Il y a encore beaucoup à faire pour en venir à bout, mais à chaque jour suffit sa peine.

CM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *