Change language
RDC: Nouveau terrain d’affrontement entre Moscou et Washington. - CONGO COURRIEL
Spread the love


Quelques mois sont déjà passés depuis que Bunagana est tombé entre les mains du M23 et l’état congolais peine à arracher cette écharde qui trouble sa quiétude. De plus en plus insatisfait de ses partenaires occidentaux en matière d’assistance et de coopération militaire, la RDC se cherche d’autres alternatives plus à même de répondre valablement à ses soucis.

La virulente intervention du Président Congolais Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO à l’assemblée générale des Nations Unies bien que très acclamée au pays, n’a pas eu l’effet magique escompté. Ce speech qui tient lieu de ras le bol et d’ultimatum bougera peut-être les choses dans un futur proche.


La Conférence de Moscou sur la sécurité internationale a été un moment favorable pour le ministre de la Défense Gilbert Kabanda Kurhenga de rencontrer le général de corps d’armée Alexander Fomin, vice-ministre russe de la défense, à qui, l’on pense qu’il a exprimé ses inquiétudes à l’endroit des partenaires occidentaux et réitéré son souhait d’acquérir des armes russes pour équiper les forces armées de la RDC (FARDC). A cette fin, il a personnellement invité une délégation de Rosoboronexport , une agence russe d’exportation d’armes qui se rendra à Kinshasa dans prochaines semaines.


Affrontement dans le secteur minier


Le secteur minier de la RDC ne laisse indifférent aucune puissance mondiale. Moscou y a déjà étendu ses tentacules. Quoique peu présent dans le secteur privé en RDC, une délégation de Congo Russia Industry (Conrus), filiale de Rosspessplav, s’est récemment rendue à Goma pour tenter de renégocier la répartition du capital – avec la société allemande Krall Metal Congo (70%) et l’Etat congolais (20%) – au sein de la Société Minière du Kivu (Somikivu). Moscou entend également étendre ses partenariats avec Kinshasa, notamment dans les domaines minier, agricole et énergétique, selon Africa Intellingence.


Solution à la crise pétrolière


Le secteur pétrolier n’est pas non plus épargné par les tentacules russes. L’invasion de l’Ukraine par la Russie est la cause principale de pénurie et de la hausse du prix. La politique de subventions massives du gouvernement Sama fragilise les distributeurs de pétrole. Ces derniers ont du mal à avancer la ristourne accordée aux consommateurs avant d’être remboursés par l’État qui souffre des retards dans ses payements.

Les discussions sont en cours entre le ministère des finances congolais avec le gestionnaire de fonds Gemcorp pour faciliter un paiement de 500 millions de dollars pour garantir l’approvisionnement en carburant. Gemcorp a des liens étroits avec la Russie car l’oligarque russe Albert Avdolyan lui a versé 250 millions de dollars en 2014, selon Financial Times.


Est-ce le dilemme mortel de Lumumba qui refait surface ? Envisager de solliciter le soutient de Moscou, pendant la guerre froide pour mettre fin à la rébellion au Congo, a été la raison majeure de son élimination physique par la CIA et les belges. Il fallait à tout prix réduire au silence les ambitions du ‘communiste’ de Lumumba. Les temps et les acteurs ont peut-être changé, mais les enjeux restent les mêmes.


Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *