Change language
RDC-Mise en place au sein de la magistrature et l’armée : Le Premier Ministre dribblé? – CONGO COURRIEL
Spread the love

Les congolais ont découvert ce mardi 21 juillet, la désapprobation du premier ministre vis-à-vis des ordonnances du 17 juillet dernier portant mise en place au sein de la magistrature et de l’armée à travers une communication lue par Albert Lieke, porte-parole du Premier ministre.

D’entrée de jeu, il fait savoir que le Premier Ministre était en mission de service sur instruction du chef de l’État du 16 au 19 juillet 2020. Il a, à cet effet, conféré l’intérim au Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur tout en circonscrivant sa portée « veillez à ce que tout courrier destiné au premier ministre soit réceptionné à son cabinet avant toute réorientation, le joindre en cas de nécessité ».

Albert Lieke poursuit, « … vendredi 17 juillet 2020, alors que le conseil des ministres se tenait, plusieurs ordonnances signées par le Président de la République et contresignées pour le compte du premier ministre par le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières ont été rendues publiques sur la Radio Télévision Nationale Congolaise, à la grande surprise du premier ministre. Tout cela, sans que l’intérimaire ne l’en ait informé préalablement ».

Il indique par ailleurs que,  » le contreseing est un acte de haute portée politique et juridique qui relève de la compétence exclusive attachée à la qualité de Premier Ministre et qui ne peut se concevoir dans le cadre de l’intérim tel que circonscrit dans la lettre qu’il a conférée au Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur. S’agissant d’un gouvernement de coalition, le contreseing du Premier ministre constitue, au-delà de sa nature juridique, le gage des équilibres des pouvoirs entre le président de la République et le Premier ministre, qui est l’émanation de l’assemblée nationale ».

Ilunga Ilunkamba se propose de rencontrer le Président de la République, Félix Tshisekedi, en vue de tirer au clair la situation qui, d’après lui, est « préoccupante « .
Si la coalition FCC-CACH a habitué les congolais à ses multiples tractations, le président Félix Tshisekedi et le Premier ministre Ilunga Ilunkamba étaient jusque-là à l’abri de la crise. Attendons voir la suite!!!

Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *