Change language
RDC: Le SYMECO décrète une grève avec un service minimum dans les hôpitaux à partir du jeudi 30 janvier. – CONGO COURRIEL
Spread the love

Après l’expiration de son préavis de grève le 25 janvier dernier, le Syndicat des Médecins du Congo (SYMECO) passe à la vitesse supérieure. Le Bureau exécutif national du SYMECO décrète un mouvement de grève avec service minimum à partir de ce jeudi 30 janvier 2020 sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo en suivant les modalités pratiques communiquées aux Conseils provinciaux et à l’autorité compétente.

Dans un communiqué laconique, le secrétaire général de cette organisation syndicale du secteur de la santé publique, le Dr Juvénal Muanda a annoncé cette décision à la presse.

D’après lui, cette mesure est prise après l’évaluation des travaux de la commission mixte du village Venus à Bibwa dans la commune de la N’Sele, organisés par le gouvernement les 27 et 28 janvier dernier. Travaux tenus pour examiner les cahiers des charges des médecins du secteur public.

Néanmoins, le SYMECO a remercié le président de la République et le gouvernement pour l’amorce du dialogue social au village Venus. En effet, tout en prenant acte des pistes de solution envisagées au cours de cet Atelier pour rencontrer leurs revendications, les médecins des services publics de l’Etat membres du SYMECO ont noté que « ces pistes des solutions ne sont que de bonnes intentions qui ne peuvent être considérées comme engagements formels du gouvernement de la République ».

Par conséquent, le SYMECO a décidé d’observer une grève.

 » Dès ce jeudi 30 janvier 2020 à partir de 8h00, une grève avec service minimum jusqu’à la signature en bonne et due forme d’un accord entre le gouvernement et le banc syndical des médecins avec des échéances d’exécution prenant en compte la réalité la situation sociale actuelle du médecin », a déclaré Juvénal Muanda.

Aussi, les médecins déclinent-ils toute responsabilité pour les conséquences néfastes qui en découleraient. …

Toutefois, le Bureau exécutif national du SYMECO se dit ouvert à la poursuite du dialogue social et invite les médecins des services publics de l’Etat au strict respect du mot d’ordre et des modalités pratiques y afférentes.

L’autre point qui irritait les médecins traité aux assises de Bibwa, c’était la retenue à la source de 15% de l’Impôt professionnel sur la rémunération (IPR). Le SYMECO dénonçait la décision du Gouvernement qu’il avait qualifiée d’inilatérale consistant à exécuter dès la paie de janvier 2020 le prélèvement de ce pourcentage alors le contexte est caractérisé par la perte de pouvoir d’achat lié à la dépréciation de la monnaie nationale.

ILKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *