Change language
RDC-JUSTICE : « Mon frère, feu le juge Yanyi sera conduit à sa dernière demeure ce jeudi, mais nous gardons intacte notre décision d’épuiser toutes les voies du droit afin d’établir la vérité ».(Joseph Mbudi) – CONGO COURRIEL
Spread the love

Le défunt juge président a.i du Tribunal de Grande Instance de la Gombe, Raphaël Yanyi Ovungu, a été admis ce lundi 13 juillet 2020 à l’ordre national « héros nationaux » Kabila – Lumumba. Le président de la République, Félix Tshisekedi l’a élevé à titre posthume au grade « Grand chevalier ».

La famille de feu le juge Yanyi, a prévu de passer à la phase de l’organisation des obsèques. « Mon frère a été admis hier à l’ordre national « héros nationaux » Kabila-Lumumba. Avec cette reconnaissance, nous avons prévu de le conduire à sa dernière demeure ce jeudi 16 juillet 2020, tout en gardant intacte notre résolution d’épuiser toutes les voies du droit afin d’établir la vérité ». A confié Joseph Mbudi, le jeune frère du défunt.

Le juge Yanyi est mort dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mai dernier à Kinshasa au centre hospitalier Nganda. Il venait de présider la deuxième audience du procès 100 jours, lequel impliquait le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, poursuivi pour détournement de deniers publics.

Le Parquet de Grande Instance de Kinshasa/Gombe avait demandé le même 27 mai, « en urgence » au médecin légiste de l’hôpital général de référence de Kinshasa de procéder à l’autopsie du corps du juge Raphaël Yanyi.

Il sied de signaler que sa famille avait aussi exigé une autopsie en vue de déterminer les circonstances ayant entraîné son décès brusque.

Le 17 juin dernier, le ministre de la justice rendait publique, les résultats de l’autopsie, lesquels révélaient que le magistrat était décédé des suites d’une hémorragie intracrânienne.

L’autopsie a également révélé l’existence de substances toxiques à doses non létales dans le corps du défunt. L’enquête a donc été ouverte quant à ce.

D’après la famille, du désormais « Grand Chevalier », sa mise en terre n’arrêtera pas la procédure judiciaire.

Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *