Change language
« Nous avons pris la décision de séparer les staffs techniques pour ne plus commettre la même erreur de surmenage qu’a eu l’ancien sélectionneur, J.F Ibenge  » Constant Omari – CONGO COURRIEL
Spread the love

C’est dans un hôtel à Kinshasa, que Constant Omari a accordé une interview à bâtons rompus à la presse Kinoise ce mercredi. Le café de presse promis par le président de la Fecofa aux journalistes, dans le groupe WhatsApp « les grandes gueules », quelques jours plutôt a finalement eu lieu.

C’est avec un Omari plutôt détendu, parlant un peu de tout ,que la presse effectue cet échange. Des stades, en passant par les clubs et leurs dirigeants, il a clairement développé sa réflexion , sans oublier l’éternel manque de financement de la part du gouvernement. Une passivité coupable qu’il n’a cessé de dénoncer depuis des années maintenant.

Quasiment 24 h après que le nouveau staff technique des Léopards A’ soit rendu publique, c’est complètement sur la défensive que le président de la FECOFA revient sur le sujet. Serait-il informé que le choix porté sur le staff technique demeure un sujet controversé?

Il a également admis que la situation de l’ancien sélectionneur J.F Ibenge, qui était simultanément sélectionneur des Léopards A’ et sélectionneur des Léopards seniors, était une erreur monumentale. « Nous avons pris la décision de séparer le staff technique pour ne plus commettre la même erreur de surmenage qu’a eu l’ancien sélectionneur, Jean Florent Ibenge ».

Congo courriel a contacté quelques journalistes qui, à leurs manières, ont fait la lecture de la nouvelle nomination du staff technique.

Gede Luiz Kupa, analyste sportif ne le voit pas de cet œil. Il a un exemple du bon résultat d’Ibenge en plein surmenage. « Je pense que la nomination d’un nouveau staff à l’heure actuelle est vraiment inopportune. Avec Ibenge comme entraîneur de V. Club et sélectionneur de A et A’, la RDC avait remporté la coupe du CHAN 2016 ».

Il estime que le staff technique précédent était de loin moins occupé que l’actuel. « Le staff précédent, conduit par Christian Nsengi, avait uniquement pour rôle de gérer les équipes nationales. Ce staff de Pamphile Mihayo, qui est assisté par Dauda et Bertin Maku tous deux entraîneurs dans leurs clubs respectifs, est de loin plus surchargé. »

Par ailleurs , il a émis des craintes fondées. « Ce qui est inquiétant, c’est qu’il peut s’avérer que Mihayo change 70% de ce qu’a fait Nsengi à deux mois du CHAN. On pourra repartir à zéro, alors que les échéances sont proches ».

De son côté, Jean De Dieu Mukendi, analyste sportif, ne s’oppose pas au choix, mais revient plutôt sur l’homogénéité de l’équipe. « Je trouve que le choix n’est pas mauvais, mais il casse plutôt une dynamique qui existait déjà et une harmonie entre staff et joueurs ». Il a également souligné un autre aspect pouvant jouer en défaveur de l’organisation :le facteur temps. « Comment nommer un nouveau staff à moins de deux mois du coup d’envoi du tournoi? »

Pour finir, Jean De Dieu évoque la disponibilité des coaches censés être à fond dans le championnat national , « c’est pour bientôt, le sprint final en linafoot. Comment une équipe qui s’accroche comme Bazano, devra-t-elle perdre son coach principal à un moment crucial de la compétition ? » S’est-il interrogé.

Initialement prévu pour deux heures, soit de 10 à 12h, le café de presse poursuit encore son bonhomme de chemin.

Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *