Change language
Ministère des Relations avec le Parlement : Anne-Marie Karume Bakaneme. Un profil atypique pour faciliter l’harmonie entre l’exécutif et le législatif. - CONGO COURRIEL
Spread the love

Après son investiture lundi 26 avril 2021 à une très large majorité (410 députés nationaux sur les 412 présents à la plénière de l’Assemblée) le Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation dirigé par le Premier-Ministre Jean-Michel Sama Lukonde a pris officiellement la commande de l’exécutif après les cérémonies solennelles de remise et reprise. Ce Gouvernement dit des Warrios (Guerriers) a plusieurs défis à relever notamment la pacification du territoire national et l’amélioration des conditions sociales de la population.

Anne-Marie Karume Bakaneme hérite d’un poste qui constitue l’interface entre le Gouvernement central et les deux chambres du Parlement ainsi que les assemblées provinciales. Ce, dans un contexte politique quelque peu volatile où les nouvelles majorités nées des cendres de la coalition FCC-CACH, tentent de conquérir et de consolider une reconfiguration laborieuse.

Pour ne pas tomber dans les travers du passé, le profil de cette native de Wamba convient le plus. Le style, la gestuelle, le sourire et la discrète autorité de Madame Anne-Marie Karume sont fascinants pour ceux qui l’approchent. C’est une personne qui irradie les qualités d’humilité, de confiance en soi et d’authenticité. Une donne politique que tant d’observateurs considèrent aujourd’hui comme la seule alchimie capable de prévenir, d’apaiser et de juguler les éventuelles crises tant entre les acteurs politiques qu’entre les animateurs des institutions de la République.

La ministre Anne-Marie est une femme de foi! Elle est issue d’une famille chrétienne et modeste de Wamba, en province d’Anuarite Nengapeta dont le combat pour la préservation de la dignité de la femme a marqué d’une empreinte indélébile l’histoire du catholicisme en République Démocratique du Congo, en Afrique et dans le monde. La soixantaine révolue, elle est l’épouse d’un homme d’affaires bien connu de la grande Province Orientale et mère de six enfants.


Diplômée en sciences commerciales et financières, option Comptabilité de l’Institut supérieur de Commerce d’Isiro, elle n’a cessé de parfaire ses connaissances par des formations sur le Droit des affaires, OHADA, les finances publiques; le Programme de Développement Economique Féminin; l’agro-industrie sous les auspices du FAO, l’Entrepreneuriat à l’Université de l’Uélé en collaboration avec l’Université de Madrid et sur la lutte contre le VIH/SIDA au PNMLS.


A la création des 26 provinces, Anne-Marie Karume avait été nommée conseillère spéciale du gouvernement provincial du Haut-Uélé chargée de l’assistance aux victimes de viols, des violences basées sur le genre, aux personnes vulnérables et enfants marginalisés et défavorisés ainsi qu’aux populations autochtones, une mission à laquelle elle va s’investir avec un succès remarquable particulièrement en matière d’encadrement et de renforcement des capacités des équipes placées sous sa supervision. Elle sera par la suite appelée à intégrer le gouvernement provincial du Haut-Uélé aux fonctions de ministre du Travail, de la Prévoyance Sociale et de la Fonction Publique.

En 2018, Anne-Marie Karume est élue députée nationale de la circonscription du territoire de Wamba sur la liste du Regroupement Alliance Politique CCU et Alliés de Lambert Mende Omalanga.

Jusqu’à sa nomination au Gouvernement Sama Lukonde à la tête du Ministère des Relations avec le Parlement, elle a été membre de la Commission permanente Genre – Famille et Enfant de l’Assemblée nationale au sein de laquelle elle a fait ses preuves.

La nouvelle Ministre des Relations avec le Parlement est de par sa formation et son expérience professionnelle, une femme entrepreneure avec des qualités et compétences éprouvées. Elle a eu à confronter et à triompher des obstacles financiers, administratifs… identiques à ceux de tout entrepreneur.

Elle en impose à ceux qui la connaissent par son humilité autant que sa résilience et son calme, des qualités forgées au fil des années dans le contexte congolais où la tendance est souvent à des préjugés qui dressent des murs à l’émergence de la gente féminine. Il est sans nul doute que ces qualités seront mises à contribution afin de faciliter une bonne symbiose entre l’exécutif et le législatif.

CM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *