Change language
L’an 1 de l’arrestation de Kamerhe : "l’UNC propose la commémoration des victimes de l’injustice et de l'intolérance chaque 08 avril".(Me Popol Matuika) - CONGO COURRIEL
Spread the love

Le 8 avril 2020, le désormais ancien directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe allait répondre à l’invitation du Procureur Général au Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete pour une communication sur le dossier 100 jours.  Quelques heures plutard, Vital Kamerhe sera placé sous mandat d’arrêt provisoire. Malgré les démarches entreprises, ses demandes de mise en liberté provisoire seront rejetées aussi bien en chambre de première instance qu’en appel. Voilà qui marqua le début d’une grande saga judiciaire, « le procès 100jours ».

Vital Kamerhe sera ensuite jugé et condamné le 20 juin de la même année à 20 ans de prison ferme. Tombé, le verdict était loin d’unir. Si pour certains, l’Etat de droit engrangeait ses premiers pas, pour d’autres, ce n’était qu’un règlement des comptes. L’union pour la Nation Congolaise, parti cher à Vital Kamerhe n’a pas manqué de crier à la théorie du complot, complot qu’il a dénoncé avant même la tenue du procès mais qui donc dit mieux que le Droit? Personne!

1 an après, le point de vue de l’UNC quant à ce n’a pas bougé d’un millimètre. « L’arrestation de Vital Kamerhe demeure sans nul doute arbitraire », a confié Me Paupol Matuika, interfédéral adjoint de la jeunesse de l’UNC/Kinshasa. Pour ce qui est de la date d’aujourd’hui, Popol Matuika chérit un voeu. « C’est une date qui restera dans nos annales comme une date noire, date à laquelle un innocent a été sacrifié et trahi.« 

Clamant l’innocence de son mentor, « l’UNC tient à faire de cette journée du 8 avril, une journée commémorative des victimes de l’intolérance et de l’injustice  » poursuit-il.

A Kinshasa dans la commune de Barumbu où est érigé le siège national de l’UNC, plusieurs militants ont répondu ce jeudi à l’appel de la direction du parti qui, outre l’organisation de la célébration de l’an 1 de l’arrestation de Vital Kamerhe, a également lancé la campagne « 1 dollars pour mon parti ».

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *