Change language
Kinshasa-Rond-point Ngaba : Une psychose générale à 1 jour du confinement – CONGO COURRIEL
Spread the love

C’est demain samedi 28 mars que doit débuter le confinement de la ville de Kinshasa comme l’a indiqué dans un communiqué son gouverneur Gentiny Ngobila. Ce vendredi plusieurs marchés de la capitale ont été bondés par la population qui cherche à s’approvisionner au maximum, question de ne pas connaître une disette pendant le confinement.

Partagés entre crise économique et frayeur, les kinois se mobilisent malgré tout pour ne rien manquer à la maison.  » Nous n’avons pas d’argent, mais nous ne pouvons pas non plus tuer nos foyers de faim, voilà pourquoi nous étions obligés de casser notre tirelire pour avoir un peu de vivre  » a fait savoir une dame rencontrée au marché de rond-point ngaba.


Si les uns trouvent des moyens pour s’approvisionner en vivre, cela n’est pas pareil pour tous les kinois ; ceux qui n’ont pas ces possibilités plaident pour l’assouplissement de cette mesure car  » les kinois vivent au taux du jour  » a déclaré un vendeur ambulant.

Avec cet afflux de la population dans les marchés, les vendeurs profitent pour spéculer les prix des produits de premières nécessités. Un sac de sucre se négocie ce vendredi à 12 000 fc alors qu’il y a peu c’était à 10 000 fc ; un sac du riz de 25 kg passe de 35 000 fc à 43 000fc, un sac de semoule s’achète désormais à 40 000fc alors qu’il se négociait il y a peu à 31 000fc.
Hors mis les denrées alimentaires, d’autres produits recommandés dans la lutte contre le Coronavirus ont vu leur prix prendre de l’ascenseur. Un kit complet de lave mains est passé de 15 000fc à 28 000fc.

Alors que le gouverneur de la ville province de Kinshasa a, à la veille, assuré la population que le Ministre provincial de l’Économie se chargera du contrôle sur la stabilité des prix dans le marché, sur le terrain les choses sont toutes autres.

D’un côté la population est entrain de subir de plein fouet la propagation vulgurante de cette pandémie à Coronavirus, de l’autre côté, elle a le sentiment d’être abandonnée à son triste sort par les autorités, qui en principe devaient l’accompagner d’une certaine pour surmonter cette épreuve.

Joël Diawa

#LeCoronavirus-est-là! #Vigilons!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *