Change language
Halte aux affabulations! La procédure engagée par G.Kankonde par-devant le Conseil d’Etat ne vise pas A. Ruberwa mais une décision du Premier ministre!!! – CONGO COURRIEL
Spread the love


Au lendemain du 46ème conseil des Ministres tenu vendredi 28 août 2020 à Kinshasa, un nombre incalculable des commentaires, titres et vidéos arguant avoir le monopole de la vérité, citant prétendument de sources proches du Gouvernement en vue de paraître plus crédibles ont écumé les médias et enflammé la toile affirmant qu’il y aurait eu une escarmouche entre le Vice-premier ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Monsieur Gilbert Kankonde et le Ministre d’État, Ministre de la Décentralisation, Azarias Ruberwa Manywa.

Chacun y est allé en ajoutant son propre grain de sel dans l’affaire…
Les uns ont argué que la pomme de discorde entre les deux personnalités serait une procédure judiciaire diligentée par Gilbert Kankonde contre Azarias Ruberwa auprès du Conseil d’Etat ; d’autres ont carrément accusé le patron de la Décentralisation de vouloir s’accaparer des compétences qui ne lui reviendraient pas. Ces derniers sont allés jusqu’à parler de l’opération de recensement que le Ministre de la Décentralisation voudrait toujours, d’après eux, s’attribuer.

Aussi beau que cela puisse paraître, tous ces commentaires répercutés même par certaines émission notamment celles faites en Lingala, ne tirent leur force que de l’imagination et peut-être aussi de la haine.

La vérité, oui, la vérité racontée par une source fournie ,crédible, Congocourriel.info vous la sert dans un plat en or après 5 longs jours d’enquêtes et vérifications.
Le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles, Me Azarias Ruberwa n’a pas pris part à une quelconque altercation lors du dernier conseil des Ministres, « il n’a fait que s’adonner à un exercice qu’il affectionne le plus, un grand oral sur la Décentralisation. Tant pis, si son intelligence a dû gêner qui que ce soit, tout ce que je sais, c’est que ça ne relève pas d’un fait infractionnel « , a déclaré Me Idriss Okenge président de l’asbl « les amis d’Azarias Ruberwa  » qui dit être informé de source sûre.

Quant à la rumeur selon laquelle, le Ministre Azarias RUBERWA serait visé par une quelconque procédure devant le Conseil d’Etat, Me Okenge poursuit:  » en réalité, il existe bel et bien une requête introduite au Conseil d’Etat par Gilbert Kankonde, mais cette dernière vise une décision du Premier ministre, lui demandant de retirer l’une de ses circulaires dans laquelle, il s’arroge le droit de proposer au chef de l’Etat, la nomination des bourgmestres et des maires en attendant les élections municipales et urbaines ».

Par ailleurs, le président de l’ASBL « les amis d’Azarias Ruberwa » est revenu sur l’agitation que le présumé conflit entre le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières a créé,  » je ne vois pas pourquoi on s’agite à ce point. Il existe une ordonnance portant attributions des ministères qui répartit les compétences de chaque ministère par rapport à son secteur.
S’agissant de la désignation des animateurs des Entités Territoriales Décentralisées, quoi de plus normal que le Ministre d’Etat ayant en charge la Décentralisation y soit associé? ».

Enfin poursuit-il, « Le Ministre d’Etat Azarias Ruberwa Manywa n’a peut-être pas le monopole de la connaissance en matière de Décentralisation, mais il est important de rappeler que pendant la transition, lorsque la constitution qui consacre la Décentralisation comme mode de gestion du pays a été conçue, le Ministre actuel qui a la Décentralisation dans ses attributions, avait en charge la commission Défense et Sécurité dont le Ministère de l’Intérieur faisait évidemment partie. De 2016 à ce jour , notamment avec le Gouvernement Badibanga puis celui de Tshibala pour chuter dans l’actuel, Me Azarias Ruberwa Manywa est Ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles. Si erreur il y a dans la compréhension des attributions, c’est à chercher ailleurs car, en principe, il devrait être consulté en cette matière ».

Clarisse Mulenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *