Change language
FCC -CACH: Une coalition suspendue à un fil? – CONGO COURRIEL
Spread the love

Depuis que les deux plateformes au pouvoir à savoir le Front Commun pour le Congo,FCC et Cap pour le Changement,CACH, se sont dit oui pour une cogestion sous forme d’une coalition,l’opinion Congolaise assiste à une guéguerre politicienne perpétuelle. Les Congolais voient des militants de la coalition FCC-CACH se lancer des défis, user de la violence verbale et en venir aux mains sous le regard passif de Félix Tshisekedi et Joseph Kabila.

La RDC qui subit les affres de la crise économico-sanitaire,dûe à la pandémie de COVID-19 vient de d’échapper de justesse à une autre forme de crise, celle institutionnelle au sommet de l’État. Cette fois, le spectacle n’a pas été agrémenté par les militants mais par des cadres, incluant au passage, tout le pays.

Thambwe Mwamba et Kabund-A-Kabund en contradictions réciproques

La proclamation de l’État d’urgence sanitaire par le président de la république a plongé le pays dans un climat très tendu notamment avec les contradictions entre le président du sénat et le premier vice-président de l’assemblée nationale. S’appuyant tous sur la constitution, Thambwe Mwamba et Kabund-A-Kabund deux cadres de la coalition FCC-CACH ont émis des points de vue radicalement opposés. Pendant que l’un plaidait pour la tenue du congrès pour se conformer aux prescrits de la loi, l’autre dénonçait une tentative visant à asséner un coup fatal au président de la république.


Il a fallu l’intervention de la cour constitutionnelle pour trancher en faveur de l’ordonnance du président de la république. Si le camps Kabund a pensé l’avoir emporté, du côté de Thambwe Mwamba il ne s’agissait nullement d’une abdication. Ce dernier et sa collègue de la chambre basse n’avaient d’yeux que pour la tenue du congrès ; sans laquelle, ils n’entendaient pas réunir les parlementaires en dépit de l’arrêt de la cour.

Félix Tshisekedi et Joseph Kabila jouent au sapeur pompier !

Depuis le 17 avril, Le président de la république avait saisi les deux chambres du parlement pour la prorogation de l’État d’urgence conformément à l’article 144 de la constitution. Un État d’urgence qui devra expirer 6 jours plus tard. Thambwe et Mabunda font sourde oreille et semblent classer la correspondance de Félix Tshisekedi dans les tiroirs.


Ayant constaté que ses destinataires ne bougeaient pas, Le chef de l’État va inviter Joseph Kabila,le leader du FCC afin de trouver une voie de sortie à cette crise ; au terme de leur échange, la tension a fini par tomber, Thambwe et Mabunda ont donc déposé leurs armes.

Le parlement autorise enfin la prorogation de l’État d’urgence .

Un seul jour après ce tête-à-tête entre les deux chefs de fil de la coalition au pouvoir, les bureaux des deux chambres du parlement annoncent le début des travaux préparatoires pour la convocation des plénières de manière séparée ; donc pas de congrès. À un jour de l’expiration de l’État d’urgence, le sénat et l’Assemblée Nationale votent chacun dans sa chambre, la loi portant prorogation de l’État d’urgence sanitaire ; Félix Tshisekedi a enfin reçu le quitus pour proroger l’État d’urgence sanitaire.

Ce feuilleton entre le FCC et le CACH est loin de se terminer mais la question sur quand vont-ils pouvoir accorder facilement les violons et quand est-ce que le souci du bien-être de la RDC l’emportera sur celui de la survie de la coalition en cohabitation quasi-impossible demeure.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *