Change language
En sit-in devant la primature, les balayeurs de Kinshasa accusent le premier ministre de bloquer leurs salaires. – CONGO COURRIEL
Spread the love

Les balayeurs des ONG/PME en charge de la propreté et de l’embellissement de la ville de Kinshasa se sont réunis en sit-in ce jeudi devant la primature en vue de réclamer 11 mois d’arriérés de leurs salaires.

En arrêt de service depuis 3 mois, les balayeurs accusent le premier ministre Ilunga Ilunkamba de bloquer la paie au profit del’opération »Kin Bopeto ». « Le premier ministre veut tout mettre de côté et redémarrer avec l’opération kin Bopeto. On parle là de plus de 5000 personnes qui font ce travail depuis 2011. Le regret, c’est la facilité qu’a le premier Ministre de penser les foutre dehors simplement comme ça.  » A expliqué Doudou Mumba, le président du syndicat des balayeurs de Kinshasa.

Quant au blocage dont ils accusent le premier ministre, Doudou Mumba estime qu’au point où ils en sont, seul le premier ministre peut bloquer la procédure de paie.  » Le Premier Ministre a demandé à ce que les éléments lui soient fournis, chose déjà faite. La correspondance du 22 janvier du ministre des finances Sele Yalaguli au gouverneur de la banque centrale le mettant en copie n’a pas été exécutée parce que ce dernier y a opposé son véto. » A-t-il renchérit.

Par ailleurs, il est revenu sur l’arrêt de service et a martelé sur le fait que celui-ci n’est pas total. « Nous sommes en arrêt de service depuis le 20 novembre, mais les éboueurs et les toilettes publiques sont toujours opérationnels, c’est la preuve que nous n’avons une mauvaise foi. »

Les balayeurs invitent le gouvernement à mettre en application le plan d’apurement lui proposé par le BCECO afin de pallier à cette difficulté  » Nous n’exigeons pas la totalité, dans le plan d’apurement du BCECO, il est demandé au gouvernement de payer 2 mois à la fin de chaque mois, s’ils avaient procédé ainsi, en mai , tout serait fini mais le premier Ministre ne l’entend pas de cette oreille. Pendant ce temps, il y a des corps des balayeurs qui trainent à la morgue faute des moyens. D’autres sont très malades. »

Certains d’entre eux passent nuit à la belle étoile le long de la primature. Pour ce qui est des malades, une agent a fait une crise en plein sit-in mais elle est hors de danger.

Clarisse Mulenda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *