Change language
Dossier passeports : Un mouvement citoyen hausse le ton contre Semlex. – CONGO COURRIEL
Spread the love

La problématique de production des passeports biométriques en RDC commence à intéresser de plus en plus une bonne partie des citoyens congolais. L’on se souvient des alertes lancées par Me Ahmed Useni et Noël Tshiani qui invitaient les autorités congolaises à ne pas reconduire le contrat avec Semlex.

Ces derniers voient aujourd’hui plusieurs organisations soutenir leur démarche, à l’instar du mouvement  » Le Congo n’est pas à vendre « . Composé de 51 détenteurs de passeports congolais, le Congo n’est pas à vendre s’est constitué partie civile dans le cadre de l’enquête pénale contre Semlex ouverte en Belgique.

Selon l’agence de presse américaine Reuters, l’enquête porte sur d’éventuels faits de corruption et de blanchiment d’argent. Le mouvement « le Congo n’est pas à vendre » exhorte à cet effet, la justice belge à poursuivre l’enquête jusqu’au bout afin que les éventuelles pratiques de corruption soient sanctionnées.

Ayant appris que des négociations secrètes auraient lieu entre les deux parties pour renouveller le contrat, le Congo n’est pas à vendre demande au gouvernement congolais de ne le renouveler sous aucun prétexte et de faire un appel d’offres transparent pour l’octroi de ce marché.

Du côté des autorités, on assure que le contrat entre le gouvernement congolais et Semlex qui expire le 10 juin prochain ne sera pas renouvelé. Selon nos sources au ministère des affaires étrangères, Semlex devrait toutefois fournir les passeports jusqu’à la fin de l’année.

Vendu officiellement à 185 usd, le passeport biométrique de la RDC est aujourd’hui l’un des plus chers au monde. Avec plus de 600.000 passeports vendus depuis 2015, Semlex et ses différents partenaires ont gagnés pas moins de 111.000.000 usd.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *