Change language
Crises à répétition au sein du FCC-CACH : Crispin Kabasele invite le président de la République à dissoudre la coalition. – CONGO COURRIEL
Spread the love

Le Président National de l’Union des Démocrates Socialistes , et Porte-Parole du regroupement politique « Le Changement en Marche » l’a fait savoir dans une interview exclusive accordée à congocourriel.info.

La crise FCC-CACH continue à agrémenter l’actualité congolaise. Parmi les plus récentes, on recense les marches organisées respectivement par les deux plates-formes au pouvoir, au cours des quelles, les militants et cadres des ces deux camps se sont tirés à boulets rouges. A cela s’ajoute les ordonnances prises par le chef de l’État ainsi que les conséquences qui en ont découlées, dont la sortie tonitruante du premier ministre. Rien n’est jamais certain, c’est quand on pense que la tempête s’est apaisée qu’elle devient agitée au plus fort.

C’est au regard de cette crise perpétuelle dont la plus grande victime se trouve être le peuple que Crispin Kabasele Tshimanga invite le président de la république à dissoudre cette coalition.  » Le Changement En Marche, se bat, depuis sa création, pour la dissolution de la Coalition contre nature entre le FCC et le CACH. Cet attelage mal ficelé empêche le Président de la République de gouverner convenablement surtout dans la perspective de 2023. C’est une épine dans son pied. Depuis sa formation , la coalition FCC-CACH n’a pas facilité la tâche au Chef de l’Etat. Ses partenaires du FCC lui ont tendu beaucoup de peaux de banane et se comportent comme s’ils étaient dans une cohabitation. Les ministres FCC du Portefeuille, de la Fonction Publique, de la Justice, entre autres, ont posé d’actes indignes sans requérir au préalable l’avis du Président de la République tout en recevant des instructions d’ailleurs. Il y en a d’autres qui ont violé les prérogatives constitutionnelles du Chef de l’Etat ».

Un peu plus loin, l’ancien élu des élus a évoqué,l’éviction de l’Honorable JM Kabund de son poste du Bureau de l’Assemblée Nationale, acte qui à ses yeux, « constitue également une preuve irréfutable de l’inexistence d’une coalition fondée sur une vision commune des associés politiques »

A en croire le président de l’Union des Démocrates Socialistes, le FCC travaille contre le Président de la République et son supposé allié du CACH. D’après lui, la dissolution de la coalition FCC-CACH est un impératif, il sied simplement d’assortir cette dernière de deux options pour juguler la crise.

 » Il y a d’une part, la constitution d’une nouvelle majorité parlementaire qui devra être dégagée par un informateur. De cette nouvelle majorité parlementaire sortira un gouvernement capable de soutenir résolument le Chef de l’État. D’autre part, le Président de la République peut dissoudre le Parlement et convoquer des législatives anticipées dans 60 jours. Pour le moment, nous n’en sommes pas là« . A-t-il fait remarquer.

Cette déclaration du porte-parole du regroupement politique Le Changement en Marche,LCM vient heurter la position du président Félix Tshisekedi qui, à Brazzaville, avait estimé que la fin de la coalition n’était pas à l’ordre du jour. Conscient de la criante divergence d’opinion entre le président de la République et lui sur l’avenir de la coalition au pouvoir, Crispin Kabasele dit s’assumer. » Notre position c’est notre position. Le LCM l’assume courageusement ».

Il poursuit, « alors que la déclaration faite depuis Brazzaville par le Chef de l’État faite sur l’avenir de la Coalition FCC-CACH était censéeprésagerun retourau calme, elle a été contredite quelques jours après, dans les faits par le comportement des membres du FCC ».

En conclusion, le LCM invite le Président TSHISEKEDI TSHILOMBO à écouter sa base, celle qui ne le trahira jamais.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *