Change language
Brexit: la croissance économique du Royaume-Uni en perte de vitesse – CONGO COURRIEL
Spread the love

Les entreprises britanniques ont vécu 2019 avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. La perspective d’un Brexit sans accord avec les Européens, synonyme de rupture brutale des relations commerciales, a forcé les entreprises à s’adapter. Elles ont ralenti leurs investissements mais aussi leurs activités, à l’image du secteur automobile, dont beaucoup de sociétés ont été contraintes de se mettre deux fois en congés cette année.

Résultat : une croissance atone à 1%. Du jamais vu en un demi-siècle, hors période de récession. Le secteur des services, véritable moteur de l’économie britannique qui contribue à 80% du PIB, a connu trois mois de ralentissement de suite en fin d’année. Même la traditionnelle journée de soldes d’après-Noël, le « boxing day », a attiré 10% de personnes en moins. La consommation des ménages est également en fort ralentissement.

Un brouillard d’incertitudes

Les élections législatives anticipées du 12 décembre, avec la victoire des conservateurs, ont apporté un peu de clarté et ont redonné des couleurs à la livre sterling. Mais le refus d’un délai plus long pour négocier une sortie en douceur de l’Union européenne du Premier ministre Boris Johnson a atténué cette remontée et a maintenu le brouillard d’incertitudes qui plane sur l’économie britannique.

Le divorce entre l’Union européenne et le Royaume-Uni va se faire en deux temps. D’abord l’application le 31 janvier de l’accord de retrait négocié qui ouvrira alors une période de transition jusqu’à la fin 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *