Change language
“La gravité de l’acte posé par l’ambassadeur rwandais nécessite qu’il quitte Kinshasa” F. Anzuluni – CONGO COURRIEL

Breaking News

0 0
Spread the love

Dans un communiqué conjoint publié jeudi 27 août, la LUCHA et le FILMBI exigent l’expulsion de Vincent Karega, ambassadeur du Rwanda du territoire congolais.

En effet, ces deux mouvements citoyens se disent indignés par les propos du diplomate rwandais ; propos qu’ils qualifient de négationnistes et constitutifs d’une grave insulte pour la nation congolaise. L’appel à manifester qu’ils ont lancé a pour but d’exiger l’expulsion de ce dernier a confié à congocouriel.info Floribert Anzuluni

Symboliquement, la gravité de l’acte qu’il a posé nécessite qu’il quitte la RDC d’autant plus qu’il semble avoir persisté dans la même direction. Après avoir fait son tweet, il a continué à narguer l’opinion congolaise après avoir rencontré le président.

Mais cette décision irrévocable n’est qu’une goute d’eau qui fait déborder le vase a poursuivi le coordonnateur de FILIMBI. “Les congolais, savent tous que depuis une vingtaine d’années, des millions de nos compatriotes ont été massacrés principalement dans la partie Est du pays ; et ces massacres ont été perpétrés en étroite collaboration avec le Rwanda, il est inacceptable qu’un ambassadeur rwandais puisse ne pas tenir compte de cette situation et se permette ainsi de faire ces genres de déclaration, et de clairement, renier un massacre reconnu par les Nations Unies.”

La LUCHA et le FILIMBI ont par ailleurs annoncé le lancement d’une campagne de mobilisation citoyenne pacifique qui débutera par un sit-in ce 4 septembre, devant la résidence de l’ambassade du Rwanda à Kinshasa jusqu’à obtenir gain de cause.

Pour rappel, tout est parti de la réponse de Vicent Karega au tweet d’un blogueur congolais pour rappeler le 22ème anniversaire du massacre d’un millier des civils congolais perpétré par l’armée rwandaise et ses complices regroupés au sein de la rébellion du Rassemblement Congolais pour la Démocratie, RCD, le 24 août 1998 à Kasika, dans la province du Sud-Kivu.

L’ambassadeur rwandais avait renié ces massacres en ce terme: “Incohérence flagrante entre image et histoire. Narratif simpliste pour des accusations graves. Accuser sans évidence s’appelle calomnie. Village sans nom, 1.100 morts avec deux noms. Circonstances de crime et identité des criminels non dévoilée .” Au lendemain de sa sortie sur Twitter, Vincent Karega a été reçu par le Président de la République Démocratique du Congo, au sortir de l’audience, il n’a rien évoqué dans le sens du tweet qu’il a supprimé quelques temps après.

Ces propos ont suscité une forte indignation des congolais qui ont levé leurs voies pour exiger l’expulsion de ce diplomate du pays de milles collines.

Joël Diawa

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *